Droits humains

Thérapies de conversion : « La communauté LGBT reste menacée tant qu’il n’y a pas de loi contre ces pratiques »

INTERVIEW – Alors que Malte est devenu le premier pays européen à interdire les thérapies de conversion visant à changer l’orientation sexuelle des personnes homosexuelles et transgenres, Aurélien, 22 ans, originaire d’Altkirch dans le Haut-Rhin, a lancé une pétition pour qu’elles soient interdites en France.

Vous avez lancé une pétition demandant l’interdiction en France des thérapies de conversion pour les personnes LGBT.  Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi consiste ces thérapies ?

On n’a pas de données officielles quant aux thérapies en France. Certains pays utilisent des techniques douces, d’autres extrêmes. Parmi les techniques douces, ce sont des thérapies simples avec un thérapeute qui se comporte de la même manière qu’un psychologue ordinaire. Or, celui-ci demande au patient de raconter sa vie, ses envies, ses fantasmes, ses désirs et essaye de changer ses envies en lui demandant de faire des activités qui le mettent en relation avec le sexe opposé, ou de le mettre dans un milieu un peu « macho », comme intégrer une équipe de foot. Dans d’autres cas, les techniques sont très extrêmes, allant de la prise de vomitifs jusqu’à des électrochocs au cerveau, voire même anciennement des lobotomies (soit-disant efficaces).

Certains examens humiliants peuvent aussi être utilisés comme des examens anaux ou la stérilisation. C’est une véritable torture. Ces procédés ont des effets néfastes sur la santé physique et surtout mentale des patients, allant même jusqu’au suicide.

C’est la première fois que vous vous engagez pour les droits de la communauté LGBT ?

C’est en effet la première fois que je m’engage. J’avais lancé il y a quelques mois une pétition sur Change.org mais sur un tout autre sujet. C’était une pétition en soutien à Maud Vallet, cette jeune fille qui avait été agressée dans un bus car elle portait une jupe. A l’époque le but était de la soutenir et la pétition avait récolté 80 000 signatures.

Pourquoi avez-vous décidé de faire campagne pour demander l’interdiction des thérapies de conversion ?

Je suis l’actualité, notamment les problématiques sociétales. Quand j’ai vu que Malte était devenu le premier pays européen à bannir les thérapies de conversion, qu’une loi avait été votée pour interdire cette pratique, je me suis dit qu’aujourd’hui en France aucune loi ne les interdisait explicitement. On a autorisé le mariage des couples homosexuels, on a des lois aujourd’hui en France qui protègent la communauté LGBT mais rien concernant les thérapies de conversion. Du coup je me suis dit : allons plus loin encore ! La gauche est au pouvoir, celle qui a autorisée le mariage gay, donc c’est encore possible. En 2017 ce sera peut-être différent, plus compliqué…

Les thérapies de conversion pour les homosexuels et les transgenres est un sujet plutôt méconnu en France contrairement aux Etats-Unis. Y’a-t-il selon vous urgence à agir sur cette problématique en France ? La communauté LGBT de France est-elle menacée par cette pratique ?

Oui, elle reste menacée tant qu’il n’y a pas de loi contre ces pratiques. Ces thérapies font beaucoup de victimes. J’ai lu et entendu beaucoup de témoignages de personnes à travers le monde ayant subi ces thérapies. Légiférer serait un moyen de protéger la communauté contre ce que je considère comme une attaque physique et psychologique. C’est inacceptable. Ces thérapies se font souvent dans la clandestinité.

Pourquoi avoir choisi la pétition comme moyen de faire campagne ?

Selon moi, Change.org est un bon moteur, un bon moyen de partager des idées et des initiatives pour changer les choses. Quand j’ai vu récemment que la pétition pour la grâce de Jacqueline Sauvage avait permis sa libération, je me suis dit que les pétitions ça marche et qu’elle peuvent faire changer les choses.

Quelles sont les prochaines étapes de votre campagne ?

Je suis en contact avec certaines associations LGBT qui soutiennent ma pétition. Certaines associations l’ont transmise à leurs membres. J’ai également le soutien de personnalités comme l’acteur Gérard Lanvin et l’avocate et défenseur des droits de l’homme Alice Nkom. J’attends à présent le soutien des parlementaires.

Découvrez le combat d’Aurélien en vidéo en cliquant ici

Pour signer la pétition d’Aurélien: Change.org/StopTherapieConversion

Written by
Naïma Benallal
janvier 12, 2017 3:44